Home » 2016 » décembre

Monthly Archives: décembre 2016

Année 2015- 2016

 

img_7208DVD regroupant les travaux de l’année: en construction

 

Année 2014 – 2015

img_7204« La loi de refondation de l’École crée un cycle unique pour l’école maternelle et souligne sa place fondamentale comme première étape pour garantir la réussite de tous les élèves au sein d’une école juste pour tous et exigeante pour chacun.

L’école maternelle est une école bienveillante, plus encore que les étapes ultérieures du parcours scolaire. Sa mission principale est de donner envie aux enfants d’aller à l’école pour apprendre, affirmer et épanouir leur personnalité ».

C’est une école qui accueille les enfants et leurs parents, qui tient compte du développement de l’enfant et de son épanouissement, qui accompagne de manière équilibrée les différents temps vécus par chacun d’eux.

 

La scolarisation des enfants de moins de trois ans fait partie des priorités nationales. L’académie de Montpellier a développé les trois modalités d’accueil préconisées dans la circulaire en réponse aux besoins diversifiés des territoires de l’académie.

L’accueil des moins de trois ans à l’école entraîne la nécessité de renforcer et de repenser les relations parents/école dans un principe d’éducation partagée. Cf. programmes école maternelle BO 26 mars 2015

Sur ce sujet, le groupe académique a conçu un stage de trois jours pour à la fois construire une culture partagée des formateurs  autour du jeune enfant et réinvestir les nouvelles orientations des programmes dans les formations de proximité.

Il s’est donc interrogé sur :

 

  • la notion de coéducation (éducation partagée), de parentalité
  • le binôme ATSEM/ Enseignant.
  • le travail avec les partenaires de la petite enfance

 

 

Armande Le Pellec Muller

Recteur de l’académie de Montpellier

Chancelier des universités

Année 2013 -2014

Des outils pour les formateurs, élaborés par le groupe départemental,  dans un DVD.

 

img_7206Dans le cadre de la loi de refondation de l’école (article 44), de la redéfinition des missions de l’école maternelle et de l’éducation prioritaire, de la mise en place des rythmes scolaires, le GD 34 a travaillé cette année sur trois chantiers :

         Le questionnement des pratiques, notamment

  • Les ateliers (rapport IGEN 2011)
  •  La compréhension et la reformulation d’histoires lues
  •  L’accueil et la scolarisation des enfants de moins de trois ans

 En effet, enseigner à des tout- petits c’est déjà faire la classe mais avec des manières d’enseigner différentes de l’école élémentaire.

Cette pédagogie spécifique à l’école maternelle s’appuie sur des organisations telles que les ateliers. Comme interpelle le rapport de l’IGEN (p 103), les inévitables ateliers seraient-ils une illustration de cette pédagogie spécifique ou une routine qui a perdu son sens ?

Elle s’appuie aussi sur des albums, des histoires ou plus exactement sur leur compréhension , parallèlement à la compréhension par l’action. Au-delà des lectures offertes, comment travailler la compréhension des textes avec les petits. Quelles compétences langagières pour l’enseignant?. La reformulation serait-elle un levier efficace?

Pour accueillir les enfants de moins de trois ans et pour répondre à leurs besoins spécifiques (cf circulaire de rentrée 2013) , comment repenser l’espace, le temps, les activités, la posture de l’enseignant ? Comment revisiter la relation aux parents et aux partenaires?

La maternelle, école bienveillante et exigeante, occupe le cœur de la mission d’enseignement. Il s’agira alors de réorganiser le temps scolaire avec des ateliers repensés, une posture professionnelle  revisitée permettant une optimisation des apprentissages et une évaluation pertinente.

(projet de programme et recommandations du 3 juillet 2014)

 

Martine ANNE, IEN chargée mission école maternelle 34

Sa mission

Le groupe a pour mission de construire une culture commune de l’enseignement en maternelle et de mettre à disposition des équipes, des outils simples et efficaces pour permettre une mise en œuvre du nouveau programme au service des progrès des élèves.

UNE ÉCOLE QUI PRATIQUE UNE ÉVALUATION POSITIVE

Le décret du 31 décembre 2015 apporte des précisions complémentaires sur la mise en place d’un carnet de suivi des apprentissages dans ses articles 1 et 8.

L’arrêté du 31 décembre 2015 donne le modèle national de la synthèse des acquis de fin de cycle 1.

Leur mise en application est fixée à la rentrée 2016.

Afin d’accompagner la concertation nécessaire à a définition des modalités de mise en œuvre en équipe d’école, le groupe départemental « école maternelle » de l’Hérault propose un guide et un recueil d’exemples, élaborés à partir des textes officiels et d’un travail d’expérimentation qu’il continue à mener avec les écoles de l’Hérault.

img_7195Le guide « une école qui pratique une évaluation positive »:

levaluation-positive-les-outils-mai-2016

img_7196Le recueil d’exemples: 3-elaborer-un-carnet-de-suivi-essais-recueil-15

 

LE NOUVEAU PROGRAMME DE L’ÉCOLE MATERNELLE

BOEN HS n°2 du 26 mars 2015 

Pour accompagner la mise en place en circonscription, le pôle école maternelle de l’Hérault propose trois outils élaborés à partir du BOEN HS n°2 du 26 mars 2015 et des conférences de Viviane Bouysse, Inspectrice Générale de l’Éducation nationale.

   1 – Un poster A3 permettant d’appréhender la globalité de ce que recouvre le nouveau programme, tant au niveau de la forme que de l’esprit et des gestes professionnels sous-tendus.

poster-a3-nouveaux-prog-2

 

img_7201   2 – Un diaporama : le poster découpé en vingt diapositives commentées.

diaporama-le-nouveau-programme-pour-la-maternelle

 
img_7203   3 – un livret d’accompagnement donnant pour chaque diapositive des commentaires, en identifiant les sources : BOEN HS n°2 du 26 mars 2015 et Conférences de Viviane Bouysse, Inspectrice Générale de l’Éducation nationale.

livret_daccompagnement__23_0915_1

 

4 – une mallette de ressources complémentaires (disponible auprès de votre conseiller pédagogique).

Rencontres de danse contemporaine au Chai du Terral

dsc_5985

Les rencontres de danse contemporaine se déroulent au Chai du Terral. La Circonscription de Montpellier Saint Jean-de-Védas organise cet événement. Chaque classe présente une pièce chorégraphique, l’aboutissement de plusieurs semaines de travail.

Dans le cadre du parcours éducatif, artistique et culturel, ce projet poursuit plusieurs objectifs :

Se confronter à la composition d’une chorégraphie au sein du groupe classe (enfant chorégraphe), rencontrer une artiste pour préparer une présentation publique (enfant danseur), assister à une pièce chorégraphique (enfant spectateur).

Les élèves vivent ainsi les différentes facettes de la création artistique.

En 2016 et 2017, plusieurs classes de la Circonscription, de la grande section de maternelle au CM2, ont pu partager cette belle expérience caractérisée par la mise en jeu du corps et la volonté de susciter chez l’enfant de nouvelles sensations et émotions. Elle leur aura permis de « mettre ainsi en jeu et en scène une expression poétique du mouvement, d’ouvrir leur regard sur les modes d’expression des autres, sur la manière dont ceux-ci traduisent différemment leur ressenti» (programmes 2015).

Ces rencontres danse mettent à l’honneur les arts du spectacle vivant.

Le programme de l’édition 2015-16 est consultable ici.  Celui de 2016-17, .
Pour cette édition 2017-18, les rencontres danse auront lieu le jeudi 24 mai 2018.

dsc_6629-copie

AGEEM

logoageem

 

 

Le projet de programmation créative dans les écoles A. Savary et W. Churchill

photo-thymioIntitulé du projet :              « De l’appropriation de compétences en codage et en programmation, à la pédagogie nécessaire pour un usage actif et citoyen du numérique »

Description du projet :

  • les disciplines et/ou niveaux concernés : du CE1 au CM2
  • l’apprentissage du Code via l’algorithmie et la robotique est transversal :
  1. les langages pour penser et communiquer ;
  2. les méthodes et outils pour apprendre ;
  3. la formation de la personne et du citoyen ;
  4. les systèmes naturels et les systèmes techniques ;
  5. les représentations du monde et l’activité humaine.
  6. l’organisation pédagogique et les modalités de mise en œuvre :
  • séquences en classe, décloisonnements envisagés, projet collaboratif avec rencontre envisagée (Savary- Churchill)
  • Pédagogie de projet avec un travail collaboratif grâce à la plateforme eTwinningLa perspective de travailler en collaboration avec une autre école de la circonscription permet de créer une culture commune, de s’inscrire dans une réelle pédagogie de projet et ainsi motiver les élèves, d’enrichir les pratiques des enseignants en leur faisant manipuler des outils collaboratifs comme la visioconférence au sein de la plateforme sécurisée eTwinning (A travers un projet collaboratif eTwinning intitulé « international scratch challenge » impliquant une centaine d’écoles en Europe, les élèves vont découvrir le langage informatique et notamment le codage pour relever trois défis sur l’année:
    Un premier défi consistera à utiliser le logiciel libre Scratch pour présenter son école.
    Un second sera commun à toutes les équipes et le dernier impliquera les élèves dans un travail plus collaboratif car les classes, associées deux à deux se lanceront un défi mutuel. Cette approche pédagogique de projet permettra de créer une émulation et sera l’occasion d’aborder in situ la sécurité et former ainsi des utilisateurs éclairés du numérique).

 

  • Pourquoi et comment se former à initier les élèves au code :
    • pour comprendre le monde numérique dans lequel on vit
    • pour disposer de nouvelles façons de créer des objets numériques
    • pour maîtriser les usages au delà d’un simple « mode d’emploi »
    • pour dépasser les dangers de tout ce numérique qui nous dépasse
    • pour faire découvrir les métiers du numérique de demain

    Le MOOC permet de s’initier à la pensée informatique et être en capacité de la transmettre à des élèves avec la création de programmes et autres objets numériques, il propose de :
    – Commencer à programmer pour comprendre les fondements du numérique.
    – Comprendre les concepts clés de l’informatique (machines, langage, information, algorithmes).
    – Acquérir un peu de culture informatique pour comprendre les enjeux de société liés.
    – Être en capacité d’utiliser des séquences pédagogiques proposées ou d’en créer de nouvelles

    Le partenariat avec l’INRIA permet d’avoir une mallette de thymio en prêt (et de les faire fonctionner à partir de la classe mobile) et de bénéficier de l’apport de la recherche sur la transmission pédagogique des différentes notions abordées.

Evaluation du dispositif  :

Pour les enseignants, l’acquisition de savoir-faire concrets (apprentissage par la pratique) sera validée par une certification à l’issue du MOOC.

Des défis de codage de thymios pourront être envoyés d’une classe à l’autre (voire d’une école à l’autre). Si les élèves parviennent à coder de façon à ce que les robots se comportent comme l’ont indiqué les partenaires, le contrat sera réussi.

L’utilisation de la plateforme collaborative eTwinning par enseignants et élèves pour partager ses pratiques, les diffuser, échanger, sera également un bon indicateur de réussite.

Nous nous baserons entre autres sur les activités robotiques avec Thymio II pour l’initiation à l’informatique et à la robotique qui reposent sur des missions à réaliser avec le robot open-source Thymio 2 (conçu pour l’éducation notamment par l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne).

La diffusion aux autres collègues de l’école et à d’autres écoles de la circonscription sera un indicateur de réussite du projet.

Historique du projet :

Depuis avril 2016 : les enseignants impliqués dans le projet ont testé un MOOC (avant son lancement officiel en septembre 2016, et qui fait depuis l’objet d’un parcours de formation M@gistère) à l’issue duquel ils seront capables de :

  • programmer un programme interactif avec Scratch
  • comprendre et transmettre les bases de la pensée informatique
  • maîtriser la notion d’algorithme
  • partager des premiers grains d’histoire informatique
  • utiliser des activités débranchées (sans ordinateur) pour prendre du recul et expliquer la pensée informatique
  • animer un atelier d’initiation à la programmation créative

Ce MOOC fait partie du projet Class’Code. Il s’agit une formation hybride qui s’articule autour :

  • de modules de formation en ligne
  • complétés par des temps de rencontre présentiels entre les apprenants d’une même zone géographique.

Mai 2016 : Trois séances d’initiation à la programmation de thymio II (mallette prêtée par l’INRIA) ont été menées dans une classe de CM1 de l’école Churchill par Florent Masseglia, chercheur à l’INRIA et reproduites par Béatrix Vincent, conseillère pédagogique dans la deuxième classe de CM1 de Churchill ainsi qu’à l’école Savary afin que les élèves aient une culture commune.

Constat et analyse de départ (quel est le problème à l’origine de cette action ? son historique ?) :

L’intégration de l’apprentissage des algorithmes, du code, de la robotique dans les programmes officiels de l’Education Nationale en 2016 est le point de départ de ce projet (quid de la formation des enseignants et in fine de leurs élèves).

Comment, dans ce cadre, utiliser la robotique pour améliorer notamment les perspectives des élèves du REP, filles et garçons et en faire des utilisateurs éclairés des nouvelles technologies.

Objectifs de l’action innovante (précisez les liens avec le projet d’école ou d’établissement ) :

  • Coder permet de développer de nombreuses compétences chez ceux qui pratiquent cette activité.

L’objectif visé généralement par l’apprentissage du code est le développement de la pensée  computationnelle qui implique la conceptualisation, pas seulement le code et l’apprentissage de la syntaxe d’une langue.
La question qui se pose est donc celle de savoir si le numérique doit être enseigné comme toute autre matière, ou si il doit être considéré comme un élément transversal, transdisciplinaire, qui devrait favoriser un renouvellement des méthodes d’enseignement.

  • Le codage comme élément de citoyenneté

Coder fait également partie des usages du numérique. Ce n’est pas une activité neutre.

En effet, réaliser et publier une application est une activité qui devient de plus en plus accessible pour un mineur un tant soit peu motivé. Le pouvoir sur les objets connectés et in fine sur les personnes conféré à ceux ou celles qui maîtrisent quelques éléments de programmation engendre de fait des responsabilités et des devoirs auxquels tout citoyen se doit d’être sensibilisé sous peine de commettre des fautes ou des dommages lourds de conséquences.

Ce projet bénéficie de l’accompagnement de la Cellule Académique Recherche et Développement pour l’Innovation et l’Expérimentation. Pour la diffusion et la valorisation du projet, une fiche résumé sera rédigée afin de participer à la cartographie des projets sur le site Expérithèque (Eduscol)
Une affiche au format A0 sera produite pour le forum académique de l’innovation du 29 Mars 2017

 

 

Codage, programmation, algorithmie à l’école: le cadrage institutionnel

Najat Vallaud-Belkacem : « Les nouveaux programmes, qui seront appliqués à la rentrée 2016, prévoient de renforcer les acquisitions dans le domaine de l’apprentissage du code (programmation informatique, algorithmique…). […] Cela me paraît fondamental, à la fois pour comprendre et maîtriser notre environnement numérique, et parce que le codage favorise la logique, l’ordonnancement de la pensée. »

 « A partir de la rentrée 2016, le socle commun s’articulera en cinq domaines de formation définissant les connaissances et les compétences qui doivent être acquises à l’issue de la scolarité obligatoire et dont l’apprentissage du Code via l’algorithmie et la robotique est transversal :

  • les langages pour penser et communiquer ;
  • les méthodes et outils pour apprendre ;
  • la formation de la personne et du citoyen ;
  • les systèmes naturels et les systèmes techniques ;
  • les représentations du monde et l’activité humaine.

Cycle 2 :

  • Réaliser des déplacements dans l’espace et les coder pour qu’un autre élève puisse les reproduire.
  • Produire des représentations d’un espace restreint et s’en servir pour communiquer des positions.
  • Programmer les déplacements d’un robot ou ceux d’un personnage sur un écran.

« Mettre en oeuvre un algorithme de calcul posé pour l’addition, la soustraction, la multiplication »
« Au CP, la représentation des lieux et le codage des déplacements se situent dans la classe ou dans l’école, puis dans le quartier proche, et au CE2 dans un quartier étendu ou le village. Dès le CE1, les élèves peuvent coder des déplacements à l’aide d’un logiciel de programmation adapté, ce qui les amènera au CE2 à la compréhension, et la production d’algorithmes simples. »

Cycle 3 :

  • Pratiquer des langages
  • Exploiter un document constitué de divers supports (texte, schéma, graphique, tableau, algorithme simple).
  • Utiliser différents modes de représentation formalisés (schéma, dessin, croquis, tableau, graphique, texte).
  • Expliquer un phénomène à l’oral et à l’écrit.

 « Les élèves apprennent à connaître l’organisation d’un environnement numérique. Ils décrivent un système technique par ses composants et leurs relations. Les élèves découvrent l’algorithme en utilisant des logiciels d’applications visuelles et ludiques. Ils exploitent les moyens informatiques en pratiquant le travail collaboratif. Les élèves maitrisent le fonctionnement de logiciels usuels et s’approprient leur fonctionnement.

Une initiation à la programmation est faite à l’occasion notamment d’activités de repérage ou de déplacement (programmer les déplacements d’un robot ou ceux d’un personnage sur un écran), ou d’activités géométriques (construction de figures simples ou de figures composées de figures simples). 

Matériaux et Objets techniques
Le stockage des données, notions d’algorithmes, les objets programmables.
Usage de logiciels usuels.
Les élèves découvrent l’algorithme en utilisant des logiciels d’applications visuelles et ludiques.»